Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2017

Verte Venise

WP_20161101_003.jpg

Tout est littoral

sur le chemin de halage

 

où l’eau dort

avec ses mystères ensevelis

 

et je me plais à longer le canal

les mains dans les poches

 

l’une serrant une clef

l’autre un mouchoir déplié

 

promeneur solitaire

dans la lumière d’octobre

 

la vie est littérature

et la sérénité n’a pas d’âge

 

TP extrait de "Verte Venise"

22:00 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire