Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2019

La nuit j'écrirai des soleils

Boris-Cyrulnik.jpg"Nous avons constaté que parmi les créatifs, il y avait un nombre anormalement élevé d'orphelins", raconte Boris Cyrulnik, psychiatre, invité de France Inter vendredi matin. "Nous nous sommes demandés quel rapport il pouvait y avoir entre l'orphelinage et la créativité dans toutes ses formes. Parce que probablement, l'identité n'est plus contrainte. Comme disait Jean-Paul Sartre, 'n'ayant pas eu de père, j'avais toutes les libertés', donc c'est une nouvelle manière de poser le problème psychologique après un trauma" raconte-t-il.

Le psychiatre estime que "c'est dans la souffrance" que l'on est contraints de faire un choix crucial : "Ou bien l'on reste mort, ou bien l'on se remet à vivre".

24/01/2019

St François de Sales

Aujourd'hui: St François de Sales

09/06/2018

Vibrer

piano.jpg"Sainte Thérèse d'Avila disait que la beauté élève l'âme. Je crois en effet que la beauté peut sauver l'homme. Il faudrait que les enfants aient un contact, dès le plus jeune âge, avec la beauté. Lire, écrire, compter... il faudrait ajouter chanter! Le chant implique une relation aux autres, on chante en canon, on apprend à écouter, à constituer un ensemble. Quand on a mis la beauté dans le bagage des enfants, ils découvrent, en eux, une capacité à vibrer. Il y a des cordes qu'il faut toucher dès le plus jeune âge."

Anne Quéffélec, pianiste, dans Panorama de Juin 2018

16/05/2018

Leçon d'humanité

15/03/2018

Humanité, respect

31/01/2018

Mais ne sombre pas

" Les blessures invisibles sont létales

Plus insidieuses que celles qu’on étale.

L’horreur incrustée dans ces rues

redevenues magnifiques a disparu,

balayée au fil du vent comme un pétale. »  AB

ab.jpg

"On ne vivra plus jamais pareil, on le sait. Pour ceux qui l’ont vécu, on est marqué au fer rouge, c’est une autre vie, c’est une vie d’après qui commence", confie l’ancien international français chez les jeunes. C’est cette nouvelle vie qu’il raconte. Celle qui l’a poussé notamment, en salle de réanimation à se lancer dans "un pari fou" : un jour, rejouer au rugby, revenir sur un terrain. "Pendant un an et demi après les attentats, je n’ai rien voulu lâcher, pour ne pas faire honte à ce petit mecton qui courait après son rêve. J’ai fait cela pour moi, pour mon passé, pour mon futur", écrit Aristide Barraud dans ce livre .

Je ne suis pas du tout sportif, je ne m'intéresse pas au sport, je ne connais rien au rugby, mais un soir au journal de 20h je découvre Alexandre Barraud qui présente son livre "Mais ne sombre pas". J'ai tout de suite été fasciné par cet homme, sa détermination à vivre, sa riche personnalité, son parler vrai, son écriture franche et rapide. J'ai avalé son livre, m'en suis nourri; ça fait du bien de lire ce genre de témoignage.

Alexandre Barraud a tourné une page. Et lorsque j'ai fermé son livre je me suis dit: et moi? où en suis-je dans mon envie et mon bonheur de vivre?   TP

Voir aussi sur mon blog ICI

Voir aussi la presse sur le net ICI