Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2017

Du désert au jardin

dépression.png

(au retraitant de passage, monastère de Prailles)

 

c’est venu malgré toi

et tu ne sais pourquoi

 

tu ressembles à un chien battu

t’excusant presque d’exister

 

la vie t’a cassé un matin

et les éclats te font mal

 

tu ne vis plus à l’unisson

le silence te prend la tête

tu cherches le diapason du ciel

 

écoute la petite musique

la source intérieure

le coucou qui te dit bonjour

entre deux averses

 

ce que tu traverses

est un désert

où personne ne peut entrer

 

sinon Celui

-et tu le sais-

qui en fera un jardin

 

où pousseront

les fleurs de ta guérison

 

TP

25/02/2017

James Noël, poète enragé

James Noël

29/12/2016

A-Dieu Pierre

pb2.jpgPierre Barouh, auteur compositeur interprète et découvreur de talents, s'est éteint hier à Paris à l'âge de 82 ans. Il vivait une partie de l'année au Boupère, en Vendée, où nous nous sommes rencontrés plusieurs fois lors de manifestations officielles ou chez lui à La Morvient (étrange nom que ce mot aujourd'hui!) près du Lay. On s'était aussi rencontré au Printemps du Livre à Montaigu ou à la Maison de la Vie Rurale à La Flocellière.

On le connait surtout pour son duo avec Nicole Croisille: "Un homme et une femme", chanson du film de Claude Lelouch, et pour "La bicyclette", chanson écrite pour Yves Montand... l'une et l'autre avec Francis Lai comme compositeur. Personnellement, j'aime beaucoup "Le pollen", chanson qui a été le générique d'une émission de Jean-Louis Foulquier sur France Inter dans les années 80: "Y'a de la chanson dans l'air". Si l'on entend et apprécie aujourd'hui Jacques Higelin, Brigitte Fontaine, Maurane, David McNeil, Allain Leprest... c'est grâce à lui et son label Saravah créé en 1968 et géré aujourd'hui par son fils Matthieu.

pb1.JPGPierre était un homme simple qui savait partager la vie des gens de sa commune, qui travaillait aussi avec les artistes locaux dans cette Vendée où il a vécu caché pendant la guerre. Merci Pierre pour tout cela et pour ton talent qui ne faisait pas de bruit mais qui marquera la chanson française et tes amis.

BIOGRAPHIE et DISCOGRAPHIE

ENCYCLOPEDISQUE

SARAVAH

09/09/2016

Rendre grâce

Paru dans le bulletin paroissial:

equipe.jpgSouvenez-vous, la paroisse St Joseph avait écrit, il y a longtemps déjà, un Livre des Merveilles pour une fête diocésaine. A ce livre nous pourrions ajouter d’autres pages pour les dix années que nous avons passées ensemble.

Oui, je rends grâce pour la réflexion et la mise en place des communautés chrétiennes de proximité avec pour chacune d’elles une équipe d’animation dont les membres ont dit oui pour un tel engagement. Je rends grâce pour ces autres personnes qui ont été appelées et qui ont accepté de se former pour conduire les sépultures. Je rends grâce pour tous les grands rassemblements vécus ensemble qui ont contribué à faire paroisse et ainsi à tisser des liens entre communautés, je pense surtout aux fêtes de paroisse, aux assemblées générales, aux concours de belote… mais aussi au spectacle « Vivons-le » qui nous a permis de redécouvrir les Actes des Apôtres dans l’élan missionnaire du Synode diocésain.

Je dis un merci particulier à l’équipe pastorale, notamment aux abbés Bernard Giraud et Raymond Gilbert, au diacre Jean-Michel Chapleau, aux lemes Joëlle Prouteau et Marie-Andrée Poirier et à tous les autres qui m’ont appris à devenir curé au milieu de vous et pour vous.

Merci aussi pour tous les moments de partage vécus au cours d’un repas dans vos familles ou au cours  de rencontres de mouvements ou de services. Merci pour les joies et les peines partagées avec vous.

Merci à vous les personnes âgées, les malades et au SEM qui vous accompagne… auprès de vous j’ai beaucoup appris. Et merci à vous les enfants et à vos parents pour les matinées du dimanche, les messes de famille, les catéchistes et enseignants.

Je n’oublie pas les moments plus difficiles liés à la lourdeur de la charge… tout cela je l’offre aussi.

Je pars confiant. Quand un prêtre s’en va, ce n’est pas pour abandonner une communauté qu’il a appris à connaître et à aimer, c‘est pour laisser au Christ la possibilité d’appeler quelqu’un d’autre pour que par lui le Souffle de l’Esprit mette au cœur d’une paroisse des énergies nouvelles.

Croyez-moi, je pars, mais je ne suis pas inquiet La mission continue. Il y a encore plein de belles choses à vivre et il y a parmi vous plein de bonnes volontés pour les réaliser.

TP

04/01/2016

La fin du chemin

Merci pour tout, Michel!

Michel aura marqué ma génération par sa gentillesse, par ses chansons qui sont de véritables petites peintures sociales, et plus récemment par sa redécouverte et le choix de la foi chrétienne ainsi que par sa manière de vivre la maladie. Il émane de cet homme une bonté, une simplicité, un quête inlassable de sincérité et de vérité. Il a osé faire une chanson sur les divorcés à une époque où le mot était tabou. "Rimbaud chanterait" enthousiasmait tous les poètes en herbe dont je faisais partie. "62, nous quinze ans" a plus ou moins influencé mon "Mange-disque et autres souvenirs". "Les aveux" est à mon avis sa plus belle chanson, avec un texte et des arrangements sublimes, et ce refrain: "Il est fatigué, le prince charmant... ses rêves bleus sont un peu gris, son épée d'or est en fer blanc". Mais il faudrait écouter aussi ses dernières chansons, moins connues, mais pleines de foi et d'espérance. C'est dans son métier de chanteur qu'il a cherché à vivre sa foi, a-t-il un jour dans l'émission Le Jour du Seigneur. Réaction très saine et juste, car la plupart des convertis d'aujourd'hui cherchent plutôt à fuir la vraie vie pour se réfugier dans un monde qui les protégerait.
J'ai lu son livre "Oser Dieu" en novembre dernier. J'ai beaucoup aimé la sincérité et la simplicité de sa démarche. L'hommage que la France lui rend est mérité. Cet hommage dit aussi un pays en quête de sens.  TP

 

IL Y EN A ENCORE   (1975)
Des gens qui font le signe de croix
Qui vivent dans des monastères
Dévots qui chantent des prières
Il y en a, il y en a encore.
Hier sur la colline de Taizé
Ils étaient plus de cinquante mille
Des types qui lisent les évangiles
Imagine qu'il y en a encore
Des gens qui croient en Dieu
Il y en a encore.

Il y aurait donc quelque part
Quelque part en-dessous de la nature
Quelqu'un qui aurait posé sa signature.
S'il y a vraiment quelque part
Quelqu'un qui regarde tout ça
Bravo le showman et be bop a lula!
Des Indiens qui ont vu Krishna
Des Juifs qui entendent Moïse
Des filles qui se marient à l'église
Il y en a, il y en a encore.

Et des toréadors à genoux
Des Saint François, des Michel-Ange,
Et des brahmans au bord du Gange
Et des simples d'esprit qui croient que c'est pas fini
Les mille fois qu'on est mort
Il y en a encore.

Il y aurait donc quelque part
Quelque part en-dessous de la nature
Quelqu'un qui aurait posé sa signature.

S'il y a vraiment quelque part
Quelqu'un qui regarde tout ça
Bravo le showman et be bop a lula!

S'il y a vraiment quelque part
Quelqu'un qui regarde tout ça
S'il y a vraiment quelqu'un qui regarde ça
S'il y a vraiment quelqu'un qui a fait tout ça
Bravo le showman et be bop a lula!

Be bop!
La la la la la la la la!
Be bop!
La la la la la la la la!
Be bop!
La la la la la la la la!
Be bop!
La la la la la la la la!
Be bop!
La la la la la la la la!
 

12/11/2015

My life's a cage

A découvrir... ainsi que les videos qui s'enchaînent...