Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2020

Confinés : le medley

00:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

08/09/2020

Humour écolo en chansons

Les Goguettes: Tribulations d'un apprenti écolo

Marie-Paule Belle: La parisienne (1976)

31/08/2020

Elle est vegan

es Goguettes: Elle est vegan

27/08/2020

Ô postillons maudits

Un sketch humoristique sur la crise sanitaire.

14/07/2020

Histoire bruitée

00:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

10/07/2020

En avant la musique!

musique.jpgLe même jour, on apprend la mort d’Ennio Morricone et la composition du nouveau gouvernement. Citons quelques-uns des titres de films dont Ennio Morricone a écrit la musique : Pour une poignée de dollars, Pour quelques dollars de plus, Le Bon, la Brute et le Truand, Il était une fois dans l’ouest, On m’appelle Malabar, Mon nom est personne, Le grand silence, Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, Outrages, Marchand de rêves, Un génie, une cloche et deux associés… Il serait tentant, pour un mauvais esprit, d’appliquer ces titres à quelques vedettes du gouvernement, voire à l’ensemble. Ce ne serait pas gentil. Aussi ne vais-je pas le faire, même si ça me démange. Après tout, d’autres titres de films, toujours mis en musique par Ennio Morricone, sont plus flatteurs : Mission, Le Professionnel, Les Incorruptibles… On dit que la mission d’un gouvernement, composé de professionnels et, bien entendu, d’incorruptibles, est de mettre en musique la partition écrite par le Président. Évidemment, les mauvais esprits vont guetter les premiers couacs, les premières fausses notes, voire les coups de cymbale intempestifs, au sein de l’harmonie gouvernementale. Souhaitons, en tout cas, que la prestation de l’ensemble ne vire pas trop vite à la cacophonie. Quant au film lui-même, on ne sait pas encore si ce sera un western, un polar, un mélodrame ou une comédie. Ni s’il se terminera par un happy end. On verra bien. En attendant : musique !

Billet d'Alain Rémond dans La Croix du 8 juillet 2020