Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2020

Ô postillons maudits

Un sketch humoristique sur la crise sanitaire.

14/07/2020

Histoire bruitée

00:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

10/07/2020

En avant la musique!

musique.jpgLe même jour, on apprend la mort d’Ennio Morricone et la composition du nouveau gouvernement. Citons quelques-uns des titres de films dont Ennio Morricone a écrit la musique : Pour une poignée de dollars, Pour quelques dollars de plus, Le Bon, la Brute et le Truand, Il était une fois dans l’ouest, On m’appelle Malabar, Mon nom est personne, Le grand silence, Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, Outrages, Marchand de rêves, Un génie, une cloche et deux associés… Il serait tentant, pour un mauvais esprit, d’appliquer ces titres à quelques vedettes du gouvernement, voire à l’ensemble. Ce ne serait pas gentil. Aussi ne vais-je pas le faire, même si ça me démange. Après tout, d’autres titres de films, toujours mis en musique par Ennio Morricone, sont plus flatteurs : Mission, Le Professionnel, Les Incorruptibles… On dit que la mission d’un gouvernement, composé de professionnels et, bien entendu, d’incorruptibles, est de mettre en musique la partition écrite par le Président. Évidemment, les mauvais esprits vont guetter les premiers couacs, les premières fausses notes, voire les coups de cymbale intempestifs, au sein de l’harmonie gouvernementale. Souhaitons, en tout cas, que la prestation de l’ensemble ne vire pas trop vite à la cacophonie. Quant au film lui-même, on ne sait pas encore si ce sera un western, un polar, un mélodrame ou une comédie. Ni s’il se terminera par un happy end. On verra bien. En attendant : musique !

Billet d'Alain Rémond dans La Croix du 8 juillet 2020

06/06/2020

22 mn de rires

00:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

28/04/2020

Cadeau!

Cadeau! Coronavirus, covid 19, confinement, cluster, comme ces mots ont compartimenté, contrarié, converti, corrigé notre carême! Ils nous ont carrément tournés vers nos coreligionnaires et nos concitoyens ou compatriotes. Coups de fils, visio-conférences, courriels et courriers ont composé le cours de nos journées en matière de communication. Et que dire de notre consommation? Curieusement, les commerces du coin, à côté de nos aires de cloisonnement, ont eu la cote! Carottes, côtes de blettes, cresson ou côtelettes, camembert et autres comestibles ont composé nos coupe-faim. Et nous nous sommes croisés, côtoyés, mais sans caddy à la main, sans courses compulsives et sans minutes comptées, mais, avec de courtes conversations, capitalisant sur le calme et, coïncidence, la baisse de l’indice carbone.

Et que dire des cris, pardon du chant du coq ou du coucou, du cancan du canard colvert, du croassement du corbeau ou de la corneille. Constat est là: ils s’étaient carapatés de notre cogitation. Concert du martinet nous voilà cools, confiants, contents !

Calmement, nous commençons à comprendre que course effrénée, cumul et consommation sans compter ont cassé, creusé, coulé, clairsemé la clarté de notre conscience.

Finis les calculs compliqués, cultivons notre curiosité, calquons le cours de nos envies sur la croissance de Dame Nature! Contemplation de la création et cadence de nos vies concourent à une saine cohabitation et une meilleure considération.

Croire, craindre, faire confiance, combattre, que faire pour contrecarrer nos cafouillages?

Cabrioler, carburer, coucouner, courir, colorer feront carillonner, crépiter nos vies après ces calendes de cantonnement.

Mais coexister, concilier, covoiturer, créer, consentir contribueront à la rendre plus cohérente, conviviale.

En sommes-nous capables, convaincus?

Et contre tout courant catastrophique, conservons notre clairvoyance et croyons en l’avenir!

Source

27/04/2020

Confinement

quarantaine.jpg

 

sous cloche.jpg

 

cdi.jpg