Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2019

Alléluia Il est Vivant!

alleluia.jpg

Nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. (Ac 10,39)

Dans un résumé très condensé, l’Apôtre Pierre raconte la vie de Jésus. Dieu était avec lui, dit –il à Césarée chez un centurion de l’armée romaine. Ce discours, quelques semaines après la résurrection de son maître montre bien le chemin de foi qu’il a parcouru. Au tombeau vide, il a constaté, mais il n’a pas eu l’expression de foi aussi spontanée que celle de Jean qui a toute de suite compris.

Si Dieu a ressuscité Jésus d’entre les morts, il a aussi ressuscité la foi de Pierre, il lui fait faire une relecture de ses trois années passées avec lui, l’Emmanuel, le Dieu avec lui et avec nous. La résurrection éclaire, illumine, donne à comprendre tous les événements, les paroles, les gestes et même la mort de son ami.

Pierre devient le témoin éclairé. A sa suite, il y en aura beaucoup d’autres à porter le flambeau, à passer le relais. Chaque jour que nous vivons doit être un jour de fête et de joie, un jour de témoignage, car la mort est vaincue. Dieu est toujours avec nous par la présence de son Fils ressuscité à nos côtés. Que nos attitudes, paroles et vie tout entière soient porteuses de cette joie.   TP

05/04/2019

L'Eglise et les artistes

gosnay.jpg

église de Gosnay

Il y a vingt ans, Jean-Paul II adressait sa remarquable "Lettre aux artistes". Qu'en est-il aujourd'hui?

Je crois qu'une grande œuvre d'art a toujours une part de sacré en elle. Évidemment, c'est toujours difficile de définir cet absolu mais, dans un procession de création honnête et profond, il y a toujours quelque chose de sacré. Dans son œuvre, l'artiste laisse toujours de son âme, de ses joies et de ses tristesses, de ses peurs, de sa vie... A partir d'une matière qui n'est rien, il y a un processus d'incarnation et de transfiguration qui a à voir avec le sacré.

Micol Forti, conservatrice de la collection d'art moderne et contemporain des Musées du Vatican. Propos recueilli dans La Croix du 4 avril 2019.

L'appropriation de l'art contemporain par les chrétiens et la présence d'art contemporain dans nos églises se font trop rares. Ces rencontres parcimonieuses laissent pourtant un vide, un manque capital. L'enjeu est théologal à mes yeux. La rencontre esthétique avec une œuvre est un moteur de conversion. Elle ouvre l'intelligence du cœur, cette connaissance sensible que chaque homme porte en lui. L'art nous aide à "habiter le monde en poète". Jésus n'a pas fait autre chose. Lui qui, pour exprimer l'essentiel, le sens caché du divin, s'exprimait par des paraboles.

Michel Brière, aumônier des Beaux-Arts de Paris. Propos recueilli dans La Croix du 4 avril 2019.

03/04/2019

Carême

desert.jpg

Quarante jours!
Quarante jours pour faire le tri,
pour se délester de ce qui est inutile
comme lorsqu’il faut traverser un désert.

Quarante jours pour éduquer le cœur et aimer,
apprendre à aimer, d’une façon neuve,
à la manière des premiers jours.

Quarante jours pour marcher à un autre rythme,
pour changer de style, pour faire le ménage,
pour se purifier.

Quarante jours pour regarder les autres, pour regarder Dieu,
pour écouter la Parole du Christ et la laisser faire
son œuvre de redressement au secret de nos désirs.

Quarante jours pour être transfiguré,
Quarante jours pour grandir avec l’Evangile,
Quarante jours pour apprendre à vivre!

Charles Singer

31/03/2019

Ô Père, je suis ton enfant

l-enfant-prodigue-.jpg

30/03/2019

Soldes

droguerie.jpg

Dans la petite droguerie que je voudrais ouvrir:

"Grande promotion sur les produits antimystiques

et sur la poudre arrêt-curé.

Pendant le carême, -10% sur les frères à repasser et les produits ami-donnant.

Durant la semaine de Pâques:

un déterre-gens acheté,

un carnet de papier d'harmonie offert."

Qu'on se le dise!

 

Raphaël Buyse

extrait de

"Croisière dans un bénitier"

Bayard

07/03/2019

Résolutions de carême

careme.jpg

Prendre de bonnes résolutions, cela nécessite un temps d’arrêt et de réflexion sur la conduite de sa vie, un détour par sa vie intérieure. Ces résolutions méritent d’être prises à la lumière de trois questions : pourquoi ? Quoi ? Comment ?

 

Pourquoi ? C'est-à-dire avec quel sens ? Et quels objectifs ? Il ne s’agit pas seulement de s’imposer une contrainte ou une privation, mais de nous rapprocher de ce en quoi nous croyons, de donner du sens à nos résolutions.

 

Puis vient la question du quoi ? Nous choisissons souvent d’accomplir des efforts sur nous-mêmes : moins manger, ne pas boire d’alcool, cesser de fumer. Ou des efforts vers les autres : moins râler, ne plus se plaindre, sourire, écouter, aider, donner. Il ne s’agit pas, ou pas seulement, d’être fier de soi. Il s’agit de faire bien. En se respectant davantage et en respectant les autres. Il s’agit parfois aussi de résister aux tentations du quotidien, mêmes bénignes, comme de moins fréquenter les écrans.

 

Enfin, la question du comment ? Il existe de nombreuses règles aux changements réussis : définir des objectifs concrets, réalistes ; toujours faire suivre la résolution d’un premier geste, symbolique et immédiat. Lorsqu’on a du mal ou qu’on est en échec, faire preuve de tolérance et bienveillance envers-soi ; s’engager devant autrui ; fragmenter les objectifs de long terme, vastes et généraux, en une succession d’objectifs de court terme, limités et ciblés (« un jour à la fois ») ; les écrire et tenir un journal de carême etc…

 

Une résolution, ce n’est pas seulement une vague intention. C’est une décision suivie d’efforts prolongés ou répétés. Et c’est aussi un engagement pris envers soi-même – et dans le carême envers Dieu ou notre communauté.

 

                   Christophe André « La vie » 8 février 2018