Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2018

La marche à l'amour

Poème de Gaston Miron par Babx

00:02 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

22/11/2018

Musique

musique.jpg

Puisqu'il n'est point de mots qui puissent contenir,
Ce soir, mon âme triste en vouloir de se taire,
Qu'un archet pur s'élève et chante, solitaire,
Pour mon rêve jaloux de ne se définir.

Ô coupe de cristal pleine de souvenir ;
Musique, c'est ton eau seule qui désaltère ;
Et l'âme va d'instinct se fondre en ton mystère,
Comme la lèvre vient à la lèvre s'unir.

Sanglot d'or !... Oh ! voici le divin sortilège !
Un vent d'aile a couru sur la chair qui s'allège ;
Des mains d'anges sur nous promènent leur douceur.

Harmonie, et c'est toi, la Vierge secourable,
Qui, comme un pauvre enfant, berces contre ton cœur
Notre cœur infini, notre cœur misérable.

Albert Samain

02/11/2018

La nuit n'est jamais complète

La nuit n’est jamais complète.
Il y a toujours, puisque je le dis,
Puisque je l’affirme,
Au bout du chagrin
Une fenêtre ouverte, une fenêtre éclairée

Il y a toujours un rêve qui veille,
Désir à combler, Faim à satisfaire,
Un cœur généreux,
Une main tendue, une main ouverte,
Des yeux attentifs,
Une vie, la vie à se partager.

la-nuit-nest-jamais-complète.jpg

La nuit n’est jamais complète. Paul Eluard
 
à Alain, Christian, Frédéric, Hervé et tant d'autres...

08/09/2018

Mon cartable

cartable_maternelle_fleuri_1_.jpg

 

Mon cartable sent l'orange,

le bison et le nougat,

il sent tout ce que l'on mange

et ce qu'on ne mange pas.

 

La figue, la mandarine,

le papier d'argent ou d'or,

et la coquille marine,

les bateaux sortants du port

 

Les cow-boys et les noisettes,

la craie et le caramel,

les confettis de la fête,

les billes remplies de ciel.

 

Les longs cheveux de ma mère

et les joues de mon papa,

les matins dans la lumière,

la rose et le chocolat.

 

Pierre Gamarra

 

17/08/2018

Poème d'été

chaleur-ete.jpg

Bannières de mai

Arthur Rimbaud

Aux branches claires des tilleuls
Meurt un maladif hallali.
Mais des chansons spirituelles
Voltigent parmi les groseilles.
Que notre sang rie en nos veines,
Voici s’enchevêtrer les vignes.
Le ciel est joli comme un ange.
L’azur et l’onde communient.
Je sors. Si un rayon me blesse
Je succomberai sur la mousse.

Qu’on patiente et qu’on s’ennuie
C’est trop simple. Fi de mes peines.
je veux que l’été dramatique
Me lie à son char de fortunes
Que par toi beaucoup, ô Nature,
– Ah moins seul et moins nul ! – je meure.
Au lieu que les Bergers, c’est drôle,
Meurent à peu près par le monde.

Je veux bien que les saisons m’usent.
A toi, Nature, je me rends ;
Et ma faim et toute ma soif.
Et, s’il te plaît, nourris, abreuve.
Rien de rien ne m’illusionne ;
C’est rire aux parents, qu’au soleil,
Mais moi je ne veux rire à rien ;
Et libre soit cette infortune.

Arthur Rimbaud, Derniers vers

18:00 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

07/06/2018

Elan vers notre intériorité

elan.jpg"Lire un poème, c'est s'autoriser à se sentir vulnérable et à être touché par une image ou la beauté d'un vers. Cette émotion reste en nous à jamais; c'est un élan vers notre intériorité, vécu dans notre chair, qui nous transforme en douceur et ouvre une fenêtre sur le monde."

Hélène Dorion, poète du Québec, dans "Le temps du voyage" (Le Druide - 2016)