Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2019

Matinée dédicaces

WP_20190522_003.jpgSamedi de pluie fine sur le marché de Fontenay le Comte que je regardais à travers la vitrine de la librairie Florilège. Matinée de dédicaces de mon recueil "Verte Venise" sorti le 20 mai dernier aux éditions Echo Optique.

Ambiance feutrée parmi les livres. Un peu de jazz. Petit café servi par Flore, la patronne des lieux, très accueillante. Beaucoup de passages, les uns pour feuilleter quelques livres, d'autres pour chercher une commande, d'autres pour des renseignements et d'autres pour acheter mon recueil... celui-ci sera un cadeau pour des 50 ans de mariage, celui-là pour une lecture à la fin d'une journée bien remplie, celui-là pour offrir à sa fille qui écrit de la poésie depuis l'âge de 8 ans... Quelques mots échangés, quelques autres écrits, un merci, un sourire... et on en oublie la pluie, les parapluies et qu'on est samedi... demain sera dimanche avec, on l'espère, un peu de soleil comme un peu de miel sur les lèvres.   TP

 

14/08/2019

Verte Venise

WP_20190522_004.jpgAprès avoir publié plusieurs recueils de poèmes – Les flammes de la nuit (1991), Les jours sans bagages (2004), Terre d’envol (2010) – ainsi que des récits autobiographiques – Le mange-disque et autres souvenirs (2013) – Thierry Piet, prêtre depuis trois ans de la paroisse Sainte-Marie en Plaine et Marais vient de publier un recueil de poèmes, « Verte Venise », le 11e, illustré de photographies de Sylvain Ruelle.
Un regard contemplatif sur le marais « Ce n’est pas un recueil religieux mais un regard contemplatif sur le marais avec tous ses mystères ensevelis. Ça remonte au collège avec la conjugaison de plusieurs éléments. J’aime les beaux textes et la chanson française. Je mettais alors des paroles françaises sur les succès de l’époque. Mon professeur de français m’ayant suggéré de trouver ma musique intérieure, j’ai travaillé secrètement jusqu’à la terminale et un soir, j’ai osé organiser une veillée avec des textes à moi en y associant d’autres copains. »
« Sur les conseils d’une personne, j’ai ensuite pris contact avec des maisons d’édition et lorsque je suis arrivé aux Herbiers, j’ai créé avec trois amis les éditions Echo Optique qui ont trente ans cette année. Les premières années dont le but était de promouvoir les poèmes sous toutes leurs formes et mettre en avant de jeunes auteurs en associant à chacun une illustration. L’association a d’ailleurs ralenti l’édition au profit de l’atelier d’écriture qui existe toujours » confie Thierry Piet.
Associer texte et photo « Au bout de trois ans, ça peut paraître prétentieux mais dès la première année de mon arrivée en sud Vendée, j’ai écrit quelques textes. J’ai découvert ces endroits où j’aime retourner et l’an dernier, j’ai vraiment repris ce travail et abouti à une trentaine de textes. J’avais envie de faire quelque chose à deux voies en associant la photo au texte. C’est un peu nouveau car entre la documentation et le livre qui pour autant, n’est pas un livre touristique, ni religieux. Le marais est fait de surprises avec ce côté mystérieux lors des différentes saison. Dans tous les poèmes on peut trouver le fil conducteur qui est le promeneur ».
« Je souhaite que ce petit livre à la lecture duquel on ressent cet apaisement, accompagne tous ceux qui veulent découvrir le marais » conclut l’abbé Thierry Piet, qui a encore bon nombre de projets à l’étude.

Une dédicace est prévue, samedi 17 août, librairie « Florilège » à Fontenay-le-Comte de 10 h à 13 h.
 
La Nouvelle République du Centre Ouest. 14 août 2019

03/08/2019

Sécurité routière

Épinal, France

Ce samedi 3 août est considéré comme la journée la plus difficile sur les routes de France. Bison Futé classe cette journée noire dans les deux sens de circulation départs et retours. 

Dans les Vosges, les gendarmes font preuve d'imagination pour interpeller les consciences, alerter sur les dangers de la route ! Sur les réseaux sociaux, ils publient un poème en rimes sur une feuille imitation parchemin #Vendredi Poésie, peut-on lire sur un tweet @RoutePlusSûre. 

jean d'arme.jpg

 

14/07/2019

14 juillet

fete-nationale_013.jpg

Célébration du 14 juillet dans la forêt

Victor Hugo

Qu’il est joyeux aujourd’hui
Le chêne aux rameaux sans nombre,
Mystérieux point d’appui
De toute la forêt sombre !

Comme quand nous triomphons,
Il frémit, l’arbre civique ;
Il répand à plis profonds
Sa grande ombre magnifique.

D’où lui vient cette gaieté ?
D’où vient qu’il vibre et se dresse,
Et semble faire à l’été
Une plus fière caresse ?

C’est le quatorze juillet.
À pareil jour, sur la terre
La liberté s’éveillait
Et riait dans le tonnerre.

Peuple, à pareil jour râlait
Le passé, ce noir pirate ;
Paris prenait au collet
La Bastille scélérate.

À pareil jour, un décret
Chassait la nuit de la France,
Et l’infini s’éclairait
Du côté de l’espérance.

Tous les ans, à pareil jour,
Le chêne au Dieu qui nous crée
Envoie un frisson d’amour,
Et rit à l’aube sacrée.

Il se souvient, tout joyeux,
Comme on lui prenait ses branches !
L’âme humaine dans les cieux,
Fière, ouvrait ses ailes blanches.

Car le vieux chêne est gaulois :
Il hait la nuit et le cloître ;
Il ne sait pas d’autres lois
Que d’être grand et de croître.

Il est grec, il est romain ;
Sa cime monte, âpre et noire,
Au-dessus du genre humain
Dans une lueur de gloire.

Sa feuille, chère aux soldats,
Va, sans peur et sans reproche,
Du front d’Epaminondas
À l’uniforme de Hoche.

Il est le vieillard des bois ;
Il a, richesse de l’âge,
Dans sa racine Autrefois,
Et Demain dans son feuillage.

Les rayons, les vents, les eaux,
Tremblent dans toutes ses fibres ;
Comme il a besoin d’oiseaux,
Il aime les peuples libres.

C’est son jour. Il est content.
C’est l’immense anniversaire.
Paris était haletant.
La lumière était sincère.

Au loin roulait le tambour…?
Jour béni ! jour populaire,
Où l’on vit un chant d’amour
Sortir d’un cri de colère !

Il tressaille, aux vents bercé,
Colosse où dans l’ombre austère
L’avenir et le passé
Mêlent leur double mystère.

Les éclipses, s’il en est,
Ce vieux naïf les ignore.
Il sait que tout ce qui naît,
L’oeuf muet, le vent sonore,

Le nid rempli de bonheur,
La fleur sortant des décombres,
Est la parole d’honneur
Que Dieu donne aux vivants sombres.

Il sait, calme et souriant,
Sérénité formidable !
Qu’un peuple est un orient,
Et que l’astre est imperdable.

Il me salue en passant,
L’arbre auguste et centenaire ;
Et dans le bois innocent
Qui chante et que je vénère,

Étalant mille couleurs,
Autour du chêne superbe
Toutes les petites fleurs
Font leur toilette dans l’herbe.

L’aurore aux pavots dormants
Verse sa coupe enchantée ;
Le lys met ses diamants ;
La rose est décolletée.

Aux chenilles de velours
Le jasmin tend ses aiguières ;
L’arum conte ses amours,
Et la garance ses guerres.

Le moineau-franc, gai, taquin,
Dans le houx qui se pavoise,
D’un refrain républicain
Orne sa chanson grivoise.

L’ajonc rit près du chemin ;
Tous les buissons des ravines
Ont leur bouquet à la main ;
L’air est plein de voix divines.

Et ce doux monde charmant,
Heureux sous le ciel prospère,
Épanoui, dit gaiement :
C’est la fête du grand-père.

Victor Hugo, Les chansons des rues et des bois, 1865

13/07/2019

Au bord du quai

banc seine.jpg

 

Au bord du quai

 

Et qu’importe d’où sont venus ceux qui s’en vont,
S’ils entendent toujours un cri profond
Au carrefour des doutes !
Mon corps est lourd, mon corps est las,
Je veux rester, je ne peux pas ;
L’âpre univers est un tissu de routes
Tramé de vent et de lumière ;
Mieux vaut partir, sans aboutir,
Que de s’asseoir, même vainqueur, le soir,
Devant son œuvre coutumière,
Avec, en son cœur morne, une vie
Qui cesse de bondir au-delà de la vie.

Emile Verhaeren, Les visages de la vie

00:00 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

19/06/2019

Destination Arbre

arbres.jpg

Parcourir l’Arbre
Se lier aux jardins
Se mêler aux forêts
Plonger au fond des terres
Pour renaître de l’argile

Peu à peu

S’affranchir des sols et des racines

Gravir lentement le fût

Envahir la charpente

Se greffer aux branchages

Puis dans un éclat de feuilles
Embrasser l’espace
Résister aux orages
Déchiffrer les soleils
Affronter jour et nuit

Evoquer ensuite
Au cœur d’une métropole
Un arbre un seul
Enclos dans l’asphalte Éloigné des jardins
Orphelin des forêts

Un arbre

Au tronc rêche

Aux branches taries

Aux feuilles longuement éteintes

S’unir à cette soif
Rejoindre cette retraite
Ecouter ces appels

Sentir sous l’écorce
Captives mais invincibles
La montée des sèves
La pression des bourgeons
Semblables aux rêves tenaces
Qui fortifient nos vies

Cheminer d’arbre en arbre
Explorant l’éphémère
Aller d’arbre en arbre
Dépistant la durée.

 

Andrée Chédid

Ce poème est l'un des sujets du Bac français de cette année en séries ES et S

22:00 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)