Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2019

Les âmes simples

Voir aussi mon blog ICI

06/07/2019

Un cri pour la terre

 

486-large_default.jpg

J'y étais, jeudi soir à Niort.

08/05/2019

Jean Vanier n'est plus

jean-vanier.jpg

Au départ, Jean Vanier le concède, c'est « une idée un peu folle » : « Et si je créais une petite communauté de type familial, avec quelques personnes touchées par un handicap mental ? » Miracle d'une rencontre avec deux hommes malmenés, comme beaucoup dans leur situation, par les institutions de l'époque. Philippe et Raphaël deviennent ses amis. Poussé par une « petite voix intérieure », Jean Vanier s'installe avec eux dans une modeste maison. « Nous avons commencé à vivre ensemble et nous avons beaucoup ri. Nous étions heureux. »

Le début d'une incroyable aventure. Ces communautés, qui unissent en un même lieu de vie des handicapés mentaux et des volontaires, vont fleurir dans le monde. L'Arche en compte aujourd'hui près de 150 pour plus de 5 000 membres.

Rien, a priori, ne prédestinait pourtant Jean Vanier à cette vie-là. En 1942, ce Canadien, né en Suisse, n'a que 13 ans quand il arrache à son père - futur gouverneur général du Canada - l'autorisation de rejoindre la Royal Navy, en Angleterre. Il y reste huit ans. Une brillante carrière dans la Marine lui tend les bras. Mais il prend un autre cap. Nouveau départ. « Tout quitter, non pas pour fuir, mais pour être moi-même. »

Né en 1928, Jean Vanier nous a quittés dans la nuit de lundi à mardi, à 90 ans.

13/04/2019

La nuit j'écrirai des soleils

Boris-Cyrulnik.jpg"Nous avons constaté que parmi les créatifs, il y avait un nombre anormalement élevé d'orphelins", raconte Boris Cyrulnik, psychiatre, invité de France Inter vendredi matin. "Nous nous sommes demandés quel rapport il pouvait y avoir entre l'orphelinage et la créativité dans toutes ses formes. Parce que probablement, l'identité n'est plus contrainte. Comme disait Jean-Paul Sartre, 'n'ayant pas eu de père, j'avais toutes les libertés', donc c'est une nouvelle manière de poser le problème psychologique après un trauma" raconte-t-il.

Le psychiatre estime que "c'est dans la souffrance" que l'on est contraints de faire un choix crucial : "Ou bien l'on reste mort, ou bien l'on se remet à vivre".

24/01/2019

St François de Sales

Aujourd'hui: St François de Sales

09/06/2018

Vibrer

piano.jpg"Sainte Thérèse d'Avila disait que la beauté élève l'âme. Je crois en effet que la beauté peut sauver l'homme. Il faudrait que les enfants aient un contact, dès le plus jeune âge, avec la beauté. Lire, écrire, compter... il faudrait ajouter chanter! Le chant implique une relation aux autres, on chante en canon, on apprend à écouter, à constituer un ensemble. Quand on a mis la beauté dans le bagage des enfants, ils découvrent, en eux, une capacité à vibrer. Il y a des cordes qu'il faut toucher dès le plus jeune âge."

Anne Quéffélec, pianiste, dans Panorama de Juin 2018