Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2020

J'écris

old-windows-10.jpg

Seul avec le silence bourdonnant d’abeilles
et la fenêtre en croix
sur l’absence habitée

le coquelicot de la lampe dans la nuit

seul à traduire ce qu’on gagne
à vivre dans un lieu perdu
au bout du monde
où tout commence

où se penchent les ombres tutélaires
de Sérusier de Max Jacob de Ségalen
de Saint-Pol-Roux le Magnifique

seul avec tous
frère des choses
à écouter sans fin venir
les pas de Dieu

la plume à la fine pointe de l’âme
à mains nues

j’écris

 

Gilles Baudry

Le bruissement des arbres dans les pages

00:00 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire