Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2019

J'avance comme un âne

PL-ETCHEGARAY.pngJ'avance, comme l'âne de Jérusalem dont le Messie,
un jour des Rameaux, fit une monture royale et pacifique.
Je ne sais pas grand'chose, mais je sais que je porte
le Christ sur mon dos
et j'en suis plus fier que d'être bourguignon ou basque.
Je le porte, mais c'est lui qui me mène : je sais
qu'il me conduit vers son Royaume et j'ai confiance en lui.
J'avance à mon rythme. Par des chemins escarpés,
loin de ces autoroutes où la vitesse vous empêche
de reconnaître monture et cavalier.
Quand je bute contre une pierre, mon Maître doit être
bien cahoté, mais il ne me reproche rien.
C'est merveilleux comme il est bon et patient avec moi :
il me laisse le temps de saluer la ravissante ânesse
de Balaam, de rêver devant un champ de lavande,
d'oublier même que je le porte.

J'avance, en silence. C'est fou comme on se comprend
sans parler ; d'ailleurs, je n'entends pas trop
quand il me souffle des mots à l'oreille.
La seule parole de lui que j'ai comprise semblait être pour
moi tout seul et je puis témoigner de sa vérité : '' Mon joug
est facile à porter et mon fardeau léger.'' (Mat. 11,30).
C'est comme, foi d'animal, quand je portais allègrement
sa mère vers Bethléem, un soir de Noël. Jules Supervielle,
le poète ami des ânes, l'a bien deviné : '' elle pesait peu,
n'étant occupée que de l'avenir en elle''.

J'avance, dans la joie.
Quand je veux chanter ses louanges,
je fais un boucan de tous les diables, je chante faux.
Lui, alors, il rit de bon coeur, d'un rire qui transforme
les ornières en piste de danse
et mes sabots en sandales de vent.
Ces jours-là, je vous jure, on en fait du chemin !
J'avance, j'avance comme un âne
qui porte le Christ sur son dos.

Cardinal Etchegaray

00:00 Publié dans Prières | Lien permanent | Commentaires (0)

03/09/2019

Prière de rentrée

rentree-illustration-sur-ardoise-367865.jpg

Je T’offre cette année qui commence.


Mon Dieu,
Je T’offre cette année qui commence.
C’est une parcelle de ce temps si précieux
que tu m’as donné pour Te servir.
Je la mets sous le signe de la fidélité :
fais qu’elle soit une longue ascension vers Toi
et que chaque jour me trouve
plus riche de foi et d’amour.

Mon Dieu,
je T’offre tous ceux que j’aime.
Ne permets pas que je leur fasse défaut,
mais plutôt que je sois pour eux
le canal invisible de ta grâce
et que ma vie leur manifeste ton amour.

Mon Dieu,
je T’offre aussi l’immense douleur de ce monde
que tu as créé et racheté :
les souffrances des enfants innocents,
le long ennui des exilés,
l’angoisse des chefs,
et ce poids qui pèse si lourdement sur tous.

Mon Dieu,
qu’une étincelle de ta charité
éclate en nos ténèbres
et que l’aube de la paix
se lève en cette année.


Je Te le demande en union avec tes saints,
avec ton Eglise, avec ton Fils, Jésus-Christ, prince de la Paix.

Madeleine Danielou

15/08/2019

Prière à Marie

L'Assomption_de_la_Vierge,_Le_Brun.jpg

L'Assomption de Marie par Le Brun

 

Prière à notre Dame de l'Assomption

 

Ô Marie, Mère de l’Amour

Nous voici devant toi avec nos joies,

nos désirs d’aimer et d’être aimés.

Nous voici avec le poids des jours,

avec nos misères, nos violences et nos guerres.

Mais l’amour est plus fort que tout :

nous croyons qu’il existe encore,

car l’amour vient de Dieu.

 

Nous t’en prions : que nos maisons soient habitées

de simples gestes de fraternité et de bonté,

de confiance, de bienveillance et de générosité !

Que les familles et les nations s’ouvrent au partage,

au pardon et à la réconciliation !

 

Mère de l’amour, intercède pour la famille humaine,

soutiens les efforts de ceux qui travaillent

pour la justice et la paix.

Accorde-nous la grâce d’être fidèle à l’Évangile

et porter du fruit qui demeure.

Amen ! Alléluia !

 

Notre-Dame de L’Assomption, priez pour nous !

 

00:00 Publié dans Prières | Lien permanent | Commentaires (0)

12/08/2019

Ste Jeanne de Chantal

En union avec toutes les visitandines aujourd'hui.

00:00 Publié dans Prières | Lien permanent | Commentaires (0)

21/07/2019

Béni sois-tu, Seigneur

avac Dieu.png

Béni sois-tu, Seigneur, pour le matin triomphant
Qu'annonce le concert innombrable des oiseaux,
Pour la pluie qui claironne la joie d'un jour nouveau,
Pour l'odeur du foin fraîchement coupé
Et pour le bourdon qui fait écho à la cloche de l'église.

 

Béni sois-tu, pour le murmure de la source
Pour les montagnes, roses et bleues,
Et pour l'alouette dont le vol se perd dans le firmament,
Pour la chaude caresse du soleil, pour les genêts éclatants
Et pour la lavande mauve, pour la fourmi laborieuse
et pour l'abeille bourdonnante et affairée ( ... )
Pour l'olivier qui scintille dans la gloire de midi...

 

Béni sois-tu, pour la lumière tamisée du soir
Qui pose comme un voile diaphane sur la montagne
Pour la brise fraîche et parfumée de la nuit,
Pour le rossignol émerveillé.
Béni sois-tu pour tous les sourires du monde
que tu nous as façonnés avec art et tendresse
Et que nous ne savons plus, bien souvent, contempler.

 

Pour l'allégresse du matin, bénis sois-tu…

Dans ce texte, Anne-Marie, lectrice de la revue Prier, livre ici une prière à la tonalité poétique, librement inspirée du Cantique des Créatures de saint François d'Assise. Comme le poverello, elle sait voir la main de Dieu derrière toues choses: les variations de la lumière, la caresse du soleil, les animaux dans leur merveilleuse diversité, le bruit exquis dune source jaillissante. Une hymne à la nature qui nous invite à profiter des proches vacances pour prendre le temps de louer Dieu dans sa création.
 

00:00 Publié dans Prières | Lien permanent | Commentaires (0)

28/06/2019

Une prière

forets.jpg

Un rayon de soleil qui troue les nuages.

La joie d’un repas partagé.

La beauté d’un tympan romain.

Le bruissement du feuillage.

Le rire d’un enfant.

L’étreinte d’un ami.

Une prière silencieuse et solitaire.

La chaleur d’un feu de camp.

La fraîcheur de l’eau sur la peau du nageur.

Une main tendue dans l’adversité.

Un sourire de gratitude.

Un souffle d’air frai au sommet d’un col pour le pèlerin harassé.

Chacun peut voir, Seigneur, l’empreinte de la création

là où il le désire.

Chacun peut, Seigneur, s’en réjouir.

Chacun peut, Seigneur, la faire découvrir.

Chacun doit, Seigneur, la chercher dans son cœur et dans sa vie.

Et t’en louer.                                                   

C.A. Roblin 

08:00 Publié dans Prières | Lien permanent | Commentaires (0)