Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2016

C'est toi

prier.jpg

Mes appels, mes détresses
mes râles, mes angoisses
mes gerbes noires
C'est tout pour Toi

Mes vides, mes absences
mes déroutes, mes écarts
mes mots évanouis
C'est tout en Toi

Ma joie, mon blé
mon vin de feu, mon feu sans fin
mon Seul
C'est Toi

Alain Lerbret, "Chants du silence", Centurion, 1979

00:00 Publié dans Prières | Lien permanent | Commentaires (0)

04/06/2016

La parabole du bonheur

prier.jpg

Seigneur, tu es source de vie,
Mais comment t'accueillir quand on est en survie ?
Ils sont toujours là ces exclus, ces demi-morts,
Ceux pour qui les nuits sont sans aurore.
Tu veux qu'ils se lèvent, marchent, relèvent la face,
Mais comment et pour qui veux-tu qu'ils le fassent ?
Il suffit de peu de choses pourtant
Pour redonner cœur à ces frères souffrants :
Le regard d'un passant, la prévenance d'un soignant,
Du voisin qui, simplement, dit bonjour,
Au travailleur social qui recommence jour après jour,
Ils sont légion ces hommes et ces femmes reliés par l'amour,
Qui puisent aux sources de la vie,
Et ensemble, relèvent tes enfants meurtris.
Seigneur, donne à tous tes serviteurs
D'entrer dans la parabole du bonheur.


Hubert Renard, Jubilé Santé 2000

20:00 Publié dans Prières | Lien permanent | Commentaires (1)

07/05/2016

Un amour m'attend

Un grand Amour m’attend...

Ce qui se passera de l’autre côté,
quand tout pour moi aura basculé dans l’éternité,
je ne le sais pas.
Je crois.
Je crois seulement qu’un grand Amour m’attend.
Maintenant que mon heure est proche,
que la croix m’indique
le seuil à franchir,
alors ce que je crois,
c’est que c’est vers cet Amour que je marche en m’en allant.
C’est dans son Amour que je tends les bras.
C’est dans la Vie que je descends doucement.
Quand je mourrai, ne pleurez pas.
C’est un Amour qui me prend
paisiblement.
Si j’ai peur... et pourquoi pas ?
Rappelez-moi simplement qu’un Amour,
un Amour m’attend.
Oui, Père du Ciel,
voici que je viens vers vous comme un enfant.
Je viens me jeter dans votre Amour...
votre Amour qui m’attend.

SAINT JEAN DE LA CROIX

A Raymond       TP

27/03/2016

Pâques

tombeau vide.jpgLe Christ est ressuscité des morts,
par la mort il a vaincu la mort,
à ceux qui sont dans les tombeaux
Il a donné la vie !

Réjouissons-nous en ce jour de la Résurrection car le Christ, hier accablé de moqueries, couronné d’épines, pendu au bois, aujourd’hui se relève du tombeau.

Réjouissons-nous car le Christ baigne de sa clarté ceux que les ténèbres de l’enfer retiennent captifs.

Réjouissons-nous en ce printemps de la vie,
car une espérance jaillit parmi les victimes
des guerres, des tremblements de terre,
parmi les affligés du corps et de l’âme .

Réjouissons-nous, car par la croix toute tristesse est abolie,
et la joie inonde le monde.

Réjouissons-nous, car le Seigneur est descendu au plus profond de la terre,
est descendu au plus profond du coeur des hommes, où se tapit l’angoisse ;
Il les a visités, Il les a illuminés,
et tourments, angoisse, enfer sont anéantis, engloutis dans l’abîme d’amour ouvert au flanc percé du Seigneur.

Réjouissons-nous, car il est ressuscité le Christ, la joie éternelle.

Michel Evdokimov, prêtre orthodoxe russe

24/03/2016

Jeudi Saint

cene.jpg

Tu as donné Ta vie,
Comme du pain posé sur la table,
Mis en morceaux et distribué
Pour que chacun, tendant la main et le cœur,
Puisse en recevoir et s’en nourrir.
Tu as donné Ta vie,
Comme du vin versé dans la coupe
Et offert pour que chacun,
Tendant les lèvres et le cœur,
Puisse en prendre et s’en réjouir.
Tu as tout livré,
Seigneur Jésus,
Et dans Ta vie donnée
Comme du pain,
Comme du vin,
Le monde entier peut goûter
L’amour de Dieu
Multiplié sans compter
Pour tous les enfants de la terre !
Nous voici Seigneur,
Tendant vers Toi
Nos mains et nos cœurs !

Charles Singer

23/03/2016

Difficile de s'aimer

aimez-vous-les-uns-les-autres-1992.jpgSeigneur, pourquoi m’avez-vous dit d’aimer tous mes frères, les hommes? J’ai essayé, mais vers vous, je  reviens, effrayé ...
Seigneur, j’étais si tranquille chez moi, je m’étais organisé, je m’étais installé. Seul, j’étais d’accord avec  moi-même, à l’abri du vent, de la pluie ...
Mais vous m’avez forcé à entrouvrir la porte. Comme une rafale de pluie en pleine face, le cri des hommes  m’a réveillé. Alors, j’ai laissé une porte entrouverte, imprudent que j’étais.
Dehors, les hommes me guettaient. Ils étaient nombreux. Ils m’ont envahi sans crier gare, il a fallu faire de la place chez moi.
Seigneur, ils me font mal, ils sont envahissants, je ne peux plus rien faire. Plus ils poussent la porte et plus la porte s’ouvre. Ah Seigneur, il n’y a plus de place pour moi chez moi!«Ne crains rien» dit Dieu, «
Tu as tout gagné. Car, tandis que ces hommes entraient chez toi, moi, ton Père,moi, ton Dieu, je me suis glissé parmi eux.»

Michel Quoist