Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2017

Prière à un jeune chrétien

priere.jpg

J'ai bien reçu tes mots, jeune chrétien.
Tes mots d'amour,
Tes mots de foi
Et d'espérance
En réponse à ma souffrance.
J'ai du prix à tes yeux,
Je suis aimé de Dieu,
Pour moi, tu as prié.

Pourquoi ce silence gêné,
Pourquoi ce regard que tu fuis ?
Pourquoi ce pas en arrière ?
Tu t'enfermes dans les églises,
Et tu penses à moi,
À la paix de mon âme.
Mais pourquoi parles-tu de moi à Dieu
Alors que tu peux me parler à moi ?
Me dire tout ce que tu m'aimes
Et que je suis ton frère
Bien plus qu'un fardeau.
Ou bien plus simplement,
Me demander «ça va ?»
Me parler comme avant
Quand j'étais comme toi.

La prière est un acte d'oubli,
Et de bonne conscience.
Penses-tu ce que tu pries,
Toi qui oses le pas vers Dieu
Mais pas celui vers l'homme ?
Son image imparfaite,
Surtout si elle est moi.

Oublie donc tes prières
Et fais un pas vers moi,
Car il est pas vers Dieu.
Apprends donc à m'aimer,
Même un être imparfait,
Même si je t'ai blessé.
Que ta prière ne soit pas fuite,
Pensant que le plus dur est fait,
Que mon âme sera sauvée,
Mais ne faisant rien de concret.

L'Evangile, des paroles,
Le monde attend des actes.
Jeune chrétien, ouvre-toi
Aux malheurs du monde.
N'aime pas un miroir,
Celui qui te ressemble.

Ose vivre tes mots,
Ose vivre ta foi,
Ose le pas vers moi.

Cédric

 

00:01 Publié dans Prières | Lien permanent | Commentaires (0)

08/01/2017

Epiphanie du Seigneur

Prière aux mages pour chercher avec eux

Epiphanie-roi-mage-693x693.jpg

 

Votre cœur s'est mis en route vers Dieu
en même temps que vos pas
se dirigeaient vers Bethléem.
Vous cherchiez et Dieu guidait votre recherche
dès l'instant où vous l'avez entreprise.
Vous le cherchiez dont, lui, le Salut.
Vous le cherchiez au firmament du ciel,
mais aussi dans votre coeur ;
dans le silence
mais aussi dans les questions posées aux hommes.
Quand, arrivés près de l'Enfant,
vous vous agenouillez devant lui,
vous offrez l'or de votre amour,
l'encens de votre vénération,
la myrrhe de vos souffances
devant la Face du Dieu invisible (...).

Et toi, risque à ton tour le voyage vers Dieu !
Allons, en route !
Oublie le passé, il est mort !
La seule chose qui te reste, c'est l'avenir.
Regarde donc en avant :
la vie est là et ses possibilités entières,
Car on peut toujours trouver Dieu,
toujours le trouver davantage.
Un atome de réalité surnaturelle
a tellement plus de prix que nos rêves les plus grandioses :
Dieu est l'éternelle jeunesse et il n'y a point de place
pour la résignation dans son Royaume !

Méditation inspirée d'un texte de jésuite Karl Rahner (1904-1984)

31/12/2016

Prière de fin d'année

« L’amour du Seigneur n’est pas épuisé,

sa compassion chaque matin se renouvelle. »

(antienne Office)

prier.jpg


 
Me voici, Seigneur, une année s’achève,
Et en ce dernier jour, je veux passer un peu de temps avec toi.

Seigneur Jésus, je te contemple au dernier jour de ta vie ici-bas,
je t’adore et je t’aime !
Je te contemple en tes dernières pensées, paroles, actions,
En tes souffrances.
En ce dernier jour, je vois que tu aimes ton Père jusqu’au bout,
Tu le remercies des grâces qu’Il t’a faites, et par toi au monde entier !
Tu demandes pardon pour nous.

Béni sois tu !
Seigneur, je te remercie
pour tout ce que tu as fait pour moi et pour toute l’humanité,
au long de cette année.

Pardon de t’avoir si souvent déçu,
pardon pour toutes les fois où j’ai refusé
le « jusqu’au bout » de ton amour.
Pardon de l’indifférence des hommes.

Que le désir de t’appartenir désormais, à tout moment,
soit le plus fort, et que jamais je ne fasse obstacle à ton amour.
Que tout mon être, toute ma vie, soient une louange à ta gloire !

Ô Mère de Jésus, toi qui as tant aimé ton Fils,
Unis-moi aux dispositions de ton cœur au dernier jour de ta vie.
Prie pour moi, que le dernier soir de cette année,
et le dernier moment de ma vie
soient un acte d’amour envers Jésus.
 
À partir d’un texte de St Jean Eudes OCI, 366-369

27/12/2016

Pour la paix

12/12/2016

Apprends-nous à attendre

attendre.jpg

Dieu
Tu as choisi de te faire attendre
Tout le temps d’un Avent.
Moi je n’aime pas attendre
Dans les files d’attente.
Je n’aime pas attendre mon tour.
Je n’aime pas attendre le train.
Je n’aime pas attendre pour juger.
Je n’aime pas attendre le moment.
Je n’aime pas attendre un autre jour.
Je n’aime pas attendre
parce que je n’ai pas le temps
et que je ne vis que dans l’instant.

Tu le sais bien d’ailleurs,
Tout est fait pour m’éviter l’attente :
les cartes bleues et les libres services,
les ventes à crédit
et les distributeurs automatiques,
les coups de téléphone
et les photos à développement instantané,
les télex et les terminaux d’ordinateur,
la télévision et les flashes à la radio…
Je n’ai pas besoin d’attendre les nouvelles :
elles me précèdent.

Mais toi Dieu
tu as choisi de te faire attendre
le temps de tout un Avent.
parce que tu as fait de l’attente
l’espace de la conversion,
le face à face avec ce qui est caché,
l’usure qui ne s’use pas.
L’attente, seulement l’attente,
l’attente de l’attente,
l’intimité avec l’attente qui est en nous
parce que seule l’attente
et que seule l’attention
est capable d’aimer.

Tout est déjà donné dans l’attente,
et pour toi, Dieu,
attendre
se conjugue Prier.

Père Jean Debruynne (Extatit de Écoute Seigneur ma prière, Prier/DDB)

27/11/2016

Vienne le Juste


Vienne le juste comme rosée,
La terre s’ouvre à notre Sauveur :

Terre brûlante comme un désert,
Terre en genèse offerte à l’Esprit,
Quand donc verras-tu s’éveiller
La semence divine ?

Vienne le juste comme rosée,
La terre s’ouvre à notre Sauveur !

Vienne sa gloire en nous demeurer,
La terre s’ouvre au feu de son jour :

Terre aux maisons si pauvres d’amour,
Terre où Dieu même cherche cité.
Quand donc verras-tu dans nos corps
La lumière divine ?

Vienne sa gloire en nous demeurer,
La terre s’ouvre au feu de son jour !

Vienne justice pour l’opprimé,
La terre s’ouvre au libérateur :

Terre où la mort défie son vainqueur,
Terre aux espoirs trop vite oubliés,
Quand donc verras-tu se lever
Les aurores divines ?

Vienne justice pour l’opprimé,
La terre s’ouvre au libérateur !

Vienne la source où l’homme renaît,
La terre s’ouvre au fleuve de vie :

Terre où jeunesse tôt se flétrit,
Terre en appel d’un monde nouveau,
Quand donc verras-tu refleurir
Nos enfances divines ?

Vienne la source où l’homme renaît,
La terre s’ouvre au fleuve de vie !

 

Hymne du Temps de l'Avent