Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2011

Vu et lu

Il y a parfois des inscriptions sur les routes ou dans les magasins qui font sourire:

CHIEN MECHENT au lieu de 'Chien méchant'

IL EST INTERDIT DE VENDRE AUX MINEURS DES BOISSONS ALCOOLIQUES ou lieu de 'alcoolisées'. J'ai vu cette inscription deux fois au cours de cet été: dans un Intermarché et dans un restaurant, à croire que le texte vient du gouvernement!

METTEZ-VOUS SUR DEUX FILLES au lieu de 'deux files' sur une autoroute.

09:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

25/06/2011

La parabole des nombrils

Ca me tracasse beaucoup, dit Dieu, cette manie qu’ils ont de se regarder le nombril au lieu de regarder les autres.

J’ai fait les nombrils sans trop y penser, dit Dieu, comme un tisserand qui arrive à la dernière maille et qui fait un noeud, comme ça, pour que ça tienne, à un endroit qui ne paraît pas trop... J’étais trop content d’avoir fini !

nombrils_du_monde_14.jpgL’important, pour moi, c’était que ça tienne.

Et, d’habitude, ils tiennent bon, mes nombrils, dit Dieu, mais ce que je n’avais pas prévu, ce qui n’est pas loin d’être un mystère, même pour moi, dit Dieu, c’est l’importance qu’ils accordent à ce dernier petit noeud, intime et bien caché.

Oui, de toute ma création, dit Dieu, ce qui m’étonne et que je n’avais pas prévu, c’est tout le temps qu’ils mettent, dès que ça va un peu mal, à la moindre contrariété, tout le temps qu’ils mettent à se regarder le nombril, au lieu de regardre les autres, au lieu de voir les problèmes des autres.

Vous comprenez, dit Dieu, j’hésite, je me suis peut-être trompé ?

Mais, si c’était à recommencer, si je pouvais faire un rappel général, comme les grandes compagnies de voitures, si ce n’était pas trop de tout recommencer, dit Dieu, je le leur placerais en plein milieu du front.

Comme cela, dit Dieu, au moins ils seraient bien obligés de regarder le nombril des autres.

(à la manière de Péguy)

17/06/2011

Test

si vuos pvueoz lrie ccei, vuos  aevz asusi nu dôrle de cvreeau. Puveoz-vuos lrie ceci? Seleuemnt 55  porsnenes sur cnet en snot cpalabes.Je n'en cyoaris pas mes yuex que je  sios cabaple de cdrpormendre ce que je liasis. Le povuoir phoémanénl du  crveeau huamin. Soeln une rcheerche fiat à l'Unievristé de Cmabridge, il  n'y a pas d'iromtpance sur l'odrre dnas luqeel les lerttes snot, la suele  cohse imotprante est que la priremère et la derènire letrte du mot siot à  la bnone palce. La raoisn est que le ceverau hmauin ne lit pas les mtos  par letrte mias ptuôlt cmome un tuot. Étonannt n'est-ce pas? Et moi qui ai  tujoours psneé que svaoir élpeer éatit ipomratnt! Si vuos poevuz le lrie,  fitaes le svirue !!!

00:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (5)

13/05/2011

J'assume!

M. le curé a toujours tort

jounrnal-dun-cure-de-campagne.1255158551.jpg


S'il a l'air Jovial, c'est un naïf. 
S'il est grave et austère, c'est un grincheux. 
S'il est bel homme, pourquoi ne s'est-il pas marié? 
S'il est laid, personne n'a voulu de lui. 
S'il est gros, il ne se prive de rien. 
S'il est maigre, c'est un avare. 
S'il est grand, il nous regarde de haut. 
S'il est petit, on dirait un enfant de choeur. 

S'il possède une voiture, il est trop attaché aux biens matériels. 
S'il va à pied, il ne va pas avec son temps. 
S'il. va au café, c'est un ivrogne. 
S'il reste chez lui, c'est un sauvage. 
S'il visite des paroissiens, il fourre son nez partout. 
S'il reste au presbytère, il ne s'intéresse pas à ses ouailles. 
S'il va chez les pauvres, c'est un révolutionnaire. 
S'il va chez les bourgeois, c'est un mondain. 
S'il va chez les riches, c'est un intriguant.. 
S'il délègue le travail 8uxlaïcs, c'est un fainéant. 
S'il contrôle les activités, c'est un tyran. 
S'il prêche longtemps, il est ennuyeux. 
S'il prêche court, il ne se fatigue pas beaucoup. 
S'il élève la voix, il crie trop fort. 
S'il parle normalement, on ne saisit pas ce qu'il dit. 
S'il demande des offrandes, il court après l'argent. 
S'il n'en demande pas, il va falloir vérifier ses comptes. 
S'il organise des fêtes, il gaspille l'argent de la paroisse. 
S'il n'en organise pas, la paroisse est morte. 
S'il sort sur le parvis après la messe, il n'a pas le contact facile. 
S'il commence la messe à l'heure, sa montre avance. 
S'il commence un peu en retard, il fait perdre son temps à tout le monde. 
S'il fait restaurer l'église, il jette l'argent par les fenêtres. 
S'il ne fait pas de travaux, il n'aime pas son église. 
S'il est jeune, il manque d'expérience. 
S'il est vieux, il a l'âge critique. 
Bref, quoi qu’il fasse ou ne fasse pas, il n’aura jamais raison, et il serait temps qu’on le change… 

Mais s’il s’en va… S’il est nommé ailleurs… qui donc pourra le remplacer ? 

Et lorsque vient son remplaçant nous continuons de le critiquer en le comparant avec son prédécesseur… Cela est, hélas, sans fin. 

Donc ne critiquons pas les prêtres et ne les jugeons pas mais prions pour eux !!!

00:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

05/08/2010

Accrochez-vous!

Tous les étés, la télévision, qui ne fait pas preuve de beaucoup d'imagination, nous repassent la série des gendarmes avec Louis de Funès et celle de la 7ème compagnie avec Jean Lefebvre... (NB à Noël, c'est le Père Noël est une ordure). ça fait partie des incontournables! Je ne peux pas résister à mettre un extrait du Gendarme de St Tropez rediffusé récemment. Il s'agit de la fameuse scène où le sergent-chef Cruchot monte dans la 2CV d'une religieuse qui ne conduit que depuis la veille...  Accrochez-vous!


Le gendarme en 2CV

24/03/2010

Donnez!

denier.jpg

Un slogan de la nouvelle campagne de publicité du diocèse de Nancy, "En 2010 Jésus crise. Donnez, que diable !" a suscité quelques remous au sein de la communauté catholique locale, alors que le diocèse assume une volonté "de provoquer le débat", selon une porte-parole.
"Jusqu'alors, chaque année, comme tous les diocèses, nous avions une campagne gentillette qui rappelle qu'il faut donner. Or, nous avons constaté que nous perdons des donateurs, dont la moyenne d'âge est de 73 ans", explique l’attachée de presse du diocèse de Nancy.
Sur la nouvelle affiche, le slogan "En 2010 Jésus crise" apparaît en grosses lettres capitales noires, alors qu'un sous-titre "Donnez, que diable !", blanc sur fond rouge, est apposé en bas à droite du visuel.
L'affiche, conçue par une agence de communication, est visible sur une centaine de panneaux 4 sur 3 sur l'ensemble de la Meurthe-et-Moselle.
"Nous nous sommes dits : situons-nous en rupture, non pas pour choquer, mais pour provoquer le débat, pour que les gens s'interrogent. Or, quel meilleur message que l'humour", demande la porte-parole du diocèse.