Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2017

Pâques: un regard neuf

pâques2.jpg

Chaque être porte en lui-même une part de résurrection.
Chaque être peut nous enrichir, à condition de plonger en lui
dans ce qu'il y a de beau, de meilleur, de lumineux, de divin.

Malheureusement, nous épluchons d'abord les ténèbres de l'autre. Et nous en restons là.
Le Christ est là, dans chaque être, enfoui, prêt à se faire reconnaître, et nous passons sans le voir.
Nous manquons la rencontre souvent, pris par notre égoïsme, nos refus,
nos barrières, nos intolérances, nos rejets.
Nous avons besoin de demander dans notre prière le regard du Christ.
Il plongeait dans les êtres avec une telle intensité, une telle fraîcheur, une telle nouveauté,
que personne n'oubliait jamais plus ce regard. Et en vivait.

Le Christ ressuscité a besoin de notre regard de tendresse et de miséricorde pour aborder chaque être.
Plonger dans ce que chaque personne a de meilleur, c'est recevoir une parcelle de la lumière du Ressuscité.

Père Guy Gilbert

17/04/2017

Celui qui regarde vers Pâques

tombeau ouvert.jpg

Celui qui regarde vers Pâques
Porte sa croix
Comme une femme porte
son enfant car jésus fait de sa croix une naissance.
      Il porte sa croix comme un arbre porte du fruit
      Car jésus fait du bois mort un printemps.
Il porte sa croix comme chacun porte son nom
Car jésus fait de sa croix le nom de son amour.
      Il porte sa croix comme un livre porte un titre,
      Car jésus fait de la croix le titre des chrétiens.
Il porte sa croix comme un facteur porte le courrier,
Car Jésus fait de la croix la bonne nouvelle que mort est morte.
      Il porte la croix comme on porte la tête haute,
      Car, avec sa croix, Jésus ressuscite la dignité de l’homme.
Il porte sa croix comme on porte la contestation,
Car Jésus fait de la croix un signe de contradiction.

Jean Debruyne

16/04/2017

Pâques

paques.jpg

Qu'évoquent les récits de Résurrection ?

Pierre et Jean, sur les dires des femmes,

de ces femmes comme telles, mais aussi comme médiatrices de toutes les communautés porteuses de ce message,

Se rendent en hâte au Tombeau, pour vérifier…

Mais elles n'y peuvent précisément… rien voir.

Dans le tombeau disparaît la chose à voir.

Risque alors de naître la relation à la personne….

Entre les deux mouvements, celui de voir et celui de croire, gît l'inévitable enjambement, qu'on nomme la Foi.

Le mystère par excellence - que ne peut éviter personne puisqu'il s'agit de la mort - débouche inexorablement sur ce…vide.

Par rapport à cette chose à contempler, la Foi est Libération.

Elle perce le mystère, pénètre jusqu'à la personne mais ne repose jamais que sur la seule relation avec elle.

L'Ange ne dit rien d'autre que :

"Celui que vous cherchez n'est pas ici” (Marc 16,6)

La Foi est libération par rapport à la réduction à la chose à contempler, pour passer à la relation à la personne sur qui, seule, elle repose, et de qui elle dépend.

C'est bien ce qu'éclaire le message de l'Ange : "Celui que vous cherchez n'est pas ici "…

Celui que l'on cherche à atteindre à travers cette mort n'y est pas lui-même domicilié.

La quête débouche sur un gouffre : le vide.

C'est en passant au-delà - de l'autre côté de la rive- en enjambant l'abîme qui nous sépare, qu'alors éclate la Foi

… sans pouvoir trouver aucune espèce de justification dans le fait, dans l'objet, dans la chose.

Ce n'est qu'à cette condition et à ce prix que l'amour est possible.

Ne peuvent jamais cohabiter amour et preuve. L'amour, par nature, exclut toute vérification. Le besoin de preuve détruit la relation, en tentant de s'y substituer.

Charl Georges Lethé.
Le tombeau vide.

14/04/2017

Vendredi Saint

12:00 Publié dans Musiques | Lien permanent | Commentaires (0)

13/04/2017

Jeudi Saint

p144im1.jpg

Arcabas: "Le lavement des pieds"

 

Tu as donné Ta vie,
Comme du pain posé sur la table,
Mis en morceaux et distribué
Pour que chacun, tendant la main et le cœur,
Puisse en recevoir et s’en nourrir.

Tu as donné Ta vie,
Comme du vin versé dans la coupe
Et offert pour que chacun,
Tendant les lèvres et le cœur,
Puisse en prendre et s’en réjouir.

Tu as tout livré,
Seigneur Jésus,
Et dans Ta vie donnée
Comme du pain,
Comme du vin,
Le monde entier peut goûter
L’amour de Dieu
Multiplié sans compter
Pour tous les enfants de la terre !

Nous voici Seigneur,
Tendant vers Toi
Nos mains et nos cœurs !

Charles Singer

12:00 Publié dans Prières | Lien permanent | Commentaires (0)

12/04/2017

Mon frère