Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2018

Mai

muguet-blanc.jpg

Mai

Guillaume Apollinaire

Le mai le joli mai en barque sur le Rhin
Des dames regardaient du haut de la montagne
Vous êtes si jolies mais la barque s’éloigne
Qui donc a fait pleurer les saules riverains ?

Or des vergers fleuris se figeaient en arrière
Les pétales tombés des cerisiers de mai
Sont les ongles de celle que j’ai tant aimée
Les pétales flétris sont comme ses paupières

Sur le chemin du bord du fleuve lentement
Un ours un singe un chien menés par des tziganes
Suivaient une roulotte traînée par un âne
Tandis que s’éloignait dans les vignes rhénanes
Sur un fifre lointain un air de régiment

Le mai le joli mai a paré les ruines
De lierre de vigne vierge et de rosiers
Le vent du Rhin secoue sur le bord les osiers
Et les roseaux jaseurs et les fleurs nues des vignes

Guillaume Apollinaire, Rhénanes, Alcools, 1913

01/05/2018

00:00 Publié dans Art, Musiques | Lien permanent | Commentaires (0)

25/04/2018

Les bâtisseurs de France

16/04/2018

Le poème de sa vie

boite.jpgAh ! c’est malin ! Il n’y a rien dans cet étui noir très chic et bon genre ! mais parce que rien créé du désir, je vais donc écrire avec rien, un crayon invisible.

Et le voici qui chevauche les marées d’équinoxe, qui dessine des soleils de printemps et d’automne, les labours, les vendanges… bref ! il embrase de son panache les saisons d’un poème.

Mais qu’est-ce qu’un poème ? Un souffle autour de rien, de l’invisible devenant éblouissant, un cadeau !

Oui, c’est bien cela ! un cadeau ! un cadeau surprenant, par un cadeau pour avoir, mais pour être, parce rien, encore une fois, créé du désir, le désir d’être tout simplement, avec un petit supplément d’âme, et de se promener dans les saisons, de ramasser des coquillages sur la plage, d’écouter du Mozart et de s’endormir dans les fougères…

Pas besoin de crayon pour écrire le poème de sa vie. « Rien » charrie la vie sur le fleuve des jours. Rien ne chante plus juste que la chose non dite, non écrite qui nous pousse en avant.

A mon dernier jour, à mon heure dernière, la boite se fermera, non plus sur le crayon invisible, mais sur le poème, le souffle autour de rien, que je serai devenu.     TP

22:00 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

07/04/2018

Monté au ciel

 

 

Hommage au poète  disparu

06/04/2018

Apprendre à ressusciter

resu.jpg

Sur les chemins quotidiens de notre vie
Où il nous précède et nous attend,
Jésus nous apprend à ressusciter.


Car la Résurrection n'est pas un état final
Qui adviendrait brutalement à notre mort :
C’est une éclosion, c'est une avancée.


Jésus nous apprend à ressusciter car on apprend à ressusciter
Comme on apprend à faire ses premiers pas et à se tenir debout.

 

A la suite de Jésus, vivre c'est apprendre à ressusciter:
C’est apprendre à vivre en homme et en femme,
Chaque jour, de façon humaine, tout simplement,
C’est apprendre à donner de soi, c'est apprendre à croire
Que Dieu se consacre au bonheur du monde,


C’est apprendre à espérer que la vie a un sens
Et que la mort est un passage,
C’est apprendre à aimer à la façon de Dieu,
À écouter l'Esprit de Dieu en nous.


C’est apprendre à s'arracher au mal,
À partager avec chacun ce qui est nécessaire à la vie,
À refuser des situations indignes de l'être humain, c'est lutter,
Ne pas se taire quand la qualité de la vie est en cause et celle de l'amour,


C’est apprendre à vivre selon l'Evangile
Parce que c'est le chemin tracé par Jésus et sur lequel il nous précède
Afin de nous introduire dans la Résurrection!

Charles Singer

00:00 Publié dans Prières | Lien permanent | Commentaires (0)