Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2018

Edwin Hawkins

En hommage à Edwin Hawkins décédé hier.

Prison

prison.jpg

Le ciel est, par-dessus le toit,
Si bleu, si calme !
Un arbre, par-dessus le toit,
Berce sa palme.

La cloche, dans le ciel qu'on voit,
Doucement tinte.
Un oiseau sur l'arbre qu'on voit
Chante sa plainte.

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là
Simple et tranquille.
Cette paisible rumeur-là
Vient de la ville.

Qu'as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse,
Dis, qu'as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ?

 

Verlaine

08/01/2018

Au-revoir France

07/01/2018

Prière avec les mages

mages.jpg

Votre cœur s'est mis en route vers Dieu
en même temps que vos pas
se dirigeaient vers Bethléem.
Vous cherchiez et Dieu guidait votre recherche
dès l'instant où vous l'avez entreprise.
Vous le cherchiez dont, lui, le Salut.
Vous le cherchiez au firmament du ciel,
mais aussi dans votre cœur ;
dans le silence
mais aussi dans les questions posées aux hommes.
Quand, arrivés près de l'Enfant,
vous vous agenouillez devant lui,
vous offrez l'or de votre amour,
l'encens de votre vénération,
la myrrhe de vos souffrances
devant la Face du Dieu invisible (...).

Et toi, risque à ton tour le voyage vers Dieu !
Allons, en route !
Oublie le passé, il est mort !
La seule chose qui te reste, c'est l'avenir.
Regarde donc en avant :
la vie est là et ses possibilités entières,
Car on peut toujours trouver Dieu,
toujours le trouver davantage.
Un atome de réalité surnaturelle
a tellement plus de prix que nos rêves les plus grandioses :
Dieu est l'éternelle jeunesse et il n'y a point de place
pour la résignation dans son Royaume !

Méditation inspirée d'un texte de jésuite Karl Rahner (1904-1984)

00:00 Publié dans Prières | Lien permanent | Commentaires (1)

05/01/2018

Le vrai silence

Ecoute, surtout ne fais pas de bruit !

Chut.jpgDans la rue, au travail, à la maison nous sommes constamment agressés par le bruit des autos, des machines ou des conversations bavardes. Et ça nous prend la tête.

Vivre dans le silence ne va pas de soi. La minute de silence les jours de commémoration atteint rarement les 60 secondes, pour les gens des villes dormir à la campagne est angoissant, un blanc à l'antenne nous fait changer de radio, les enfants qui soudainement ne jouent plus en criant sont soupçonnés de préparer des mauvais coups.

Pourtant comme il est bon et reposant d'entrer dans une église pour y goûter le silence, mais pas trop longtemps car la rue et ses magasins appellent !

Il nous faut donc quelques dispositions pour entrer en silence comme on entre en religion.

Quand on veut obtenir le silence dans un groupe de caté, par exemple - ce qui est de plus en plus difficile - inutile de crier « Taisez-vous ! » ça ne marchera pas. Dites plutôt sans élever la voix : « Ecoutez ! » N'est-ce pas le mot qui introduit les dix commandements dans la Bible : « Ecoute, Israël ! » ?

Et ce silence-là, le vrai silence que permet l’écoute, n'est pas un repli sur soi mais une ouverture à autre chose que soi.

Et ceci peut nous mener plus loin que le silence de nos lèvres quand il s'agit de se déprendre des milles sollicitations qui nous tirent hors de nous-mêmes pour nous re-cueillir et nous re-créer. La contemplation d'une œuvre d'art, l'audition d'une pièce musicale pour elle-même et non pas comme bruit de fond ou tout simplement l'humble accueil de ce que me dit mon voisin sur le trottoir ne me seront profitables que si le silence est en moi pour que je sois tout entier à ce que l'instant présent me donne de vivre.

Tout entier aux autres, à moi-même et à Dieu, voilà ce que donne un vrai silence.

TP

01/01/2018

2018

bonne annee.jpg