Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2019

Ma femme, ma guitare...

Patrick Abrial - Ma femme, ma guitare et mon chien (1969)

11/02/2019

ND de Lourdes

Ave Maria

10/02/2019

Dimanche de la santé

aff.jpgEn France, cet événement se vit en paroisse à l’occasion du Dimanche de la Santé, généralement le dimanche le plus proche du 11 février. L’Eglise est présente sur le terrain de l’accompagnement, au sein des aumôneries hospitalières avec ses équipes de bénévoles qui œuvrent aux côtés d’associations laïques où tant de personnes de bonne volonté s’engagent aussi. Encourager tous ces volontaires, qui partout en France dans les plus petits villages et les plus grands hôpitaux, dans la discrétion et la simplicité, se rendent présentes au jour le jour à l’autre, malade, seul, isolé, est l’une des dimensions du Dimanche de la santé. Les inviter à approfondir leur engagement, à poursuivre leur formation, à donner du sens à ce service et à cette mission aussi.

« Nous devons être témoins auprès des malades de cet Evangile qui peut les aider à se remettre debout. »

Initié par les diocèses de Lille, Arras et Cambrai, le dimanche de la santé s’est étendu à l’ensemble des diocèses depuis le Jubilé de l’an 2000. Cette célébration, qui s’inscrit toujours dans le cadre de la liturgie dominicale, permet aux assemblées de chrétiens de prier en lien avec la Journée mondiale du Malade.
 

« Une intention de prière le dimanche de la santé ne suffit pas ! s’exclame Mgr Michel Guyard. Nous sommes tous concernés. Cette journée doit être l’occasion de rencontres. Comment prévenir la maladie et éviter les excès ? Comment, pour le personnel soignant, résister aux demandes des malades ? » Et les rencontres avec des partenaires de la santé concernés par le thème proposé chaque année sont de plus en plus nombreuses ; toutes les initiatives sont possibles qui peuvent sensibiliser les communautés chrétiennes au monde de la santé : rencontres avec des acteurs de santé, liturgie préparée avec des équipes de service évangélique des malades ou d’aumônerie, témoignages de soignants, de professionnels de santé, réflexions autour de thèmes, rencontre festive avec diverses associations ou mouvements œuvrant pour les malades etc…

 

Prière pour le Dimanche de la Santé 2019.

 

Ta Parole est une lampe sur ma route,

elle me réjouit de jour comme de nuit,

elle me réchauffe et me rassure.

Seigneur, donne-moi le désir de me laisser aimer,

pour que ma vie témoigne d’une bonne Nouvelle !

Ta Parole est une source vivifiante,

elle étanche ma soif, au coeur de mes souffrances,

elle me pénètre et me libère.

Seigneur, donne-moi la force de partager cette Vie

de la faire grandir et de ne pas la garder pour moi.

 

09/02/2019

Revolver

Revolver - Losing you - 2012

08/02/2019

L'ennemi

arbre mort.jpg

Il y aura toujours dans l'automne   
Une pomme sur le point de tomber.

Il y aura toujours dans l'hiver 
Une fontaine sur le point de geler.

Que les corbeaux
S'enfuient de peur à notre approche,
C'est leur droit. Nous pouvons aller.

De l'espoir il y en aura
Sur les rameaux.

Et puis nous ne sommes pas malades
De la terre.

L'ennemi, 
Nous le connaissons.

Guillevic ("Gagner" - éditions Gallimard, 1949)

10:00 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

07/02/2019

Etre authentique

masque.jpgÊtre authentique, ce n’est pas que ne pas porter de masques.

C’est aussi se dire, quand nous sommes déçus. C’est dire la vérité, quand nous sentons que nous ne sommes plus à la bonne place. C’est exprimer notre opinion, alors que nous savons que nous allons à contre-courant du mouvement de pensées.

Avoir le courage d’être authentique, c’est aussi accepter le risque de décevoir, parce que nous nous respectons pleinement. C’est se donner la liberté de dire, à la dernière minute, « Sais-tu, je ne le sens plus, je n’irai pas ce soir ». C’est oser être en désaccord alors que nous sommes seuls à penser ainsi.

C’est accepter de ne pas être à son meilleur devant des centaines de personnes. C’est refuser de porter un masque pour plaire aux autres et avoir le courage de nous montrer tels que nous sommes.

C’est renoncer à chercher à se faire aimer, parce que l’Amour que nous avons pour nous-mêmes transcende tout le reste. C’est accepter même que certains ne nous aimeront pas, tout en se rappelant qu’aucun grand prophète, que ce soit Jésus, Bouddha ou Mahomet, n’a jamais fait l’unanimité; alors qui sommes-nous pour aspirer à être aimés de tous?

C’est se montrer vulnérable, sans faux-fuyant, parce que nous avons pris ce pari de l’authenticité dans sa globalité; et non seulement les parties qui faisaient notre affaire.

C’est accueillir l’autre dans sa propre authenticité, parce qu’en étant vrais avec nous-mêmes, nous reconnaissons que les autres aussi ont le droit d’être vrais avec eux-mêmes, même si cela nous déçoit parfois.

Être authentique, c’est aussi reconnaître nos défauts et nous accueillir dans notre imperfection, totalement, sans nous juger, ce qui nous donne tout l’espace requis pour accueillir les autres dans leurs imperfections sans les juger. Et sans avoir peur d’être jugés.

Être authentique procède de l’Amour. Être courageux aussi.

Avoir le courage d’être authentique est le plus grand geste d’amour que nous puissions avoir envers nous-mêmes. Quand nous sommes authentiques, nous nous aimons complètement.

Diane Gagnon