Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2017

Procession de Fête-Dieu

Jacob,_Max.jpg

Processionnez autour du
Temple
Processionnez autour de moi moi je me pioche et me contemple cherchant le feu du feu de joie, cherchant
Dieu près de ma fenêtre, conquérant patiemment ses yeux.
Processionnez autour de
Dieu
Je suis gourmand qu'il me pénètre.

Comme on rencontre une colline
Tu t'élèves à mon horizon.
Qu'est-ce la terre ? une cantine puanteur et séquestration.

Processionnez ! j'attends le
Vin
Cataracte dans mon eau trouble !
Je suis métal et vous burin
Vous, le souffle et moi le buccin et ce qui me touche
Vous touche.

Quand
Dieu eut inventé l'animal et la plante et la terre

qui germe et l'océan qui chante et le droit pour
Adam de
Lui désobéir.

Il lui dit maintenant, homme fais-moi mourir.

Et quand on eut posé sur
Dieu mort une pierre

Dieu rejaillit et parcourut le ciel jusqu'à
Son
Père.



Qu'aujourd'hui et pour l'Éternité me soient chers

le miracle et
Dieu qui m'ont révélé l'enfer

alors que cet enfer me gangrenait déjà,

sous la trompeuse gloire et tous ses falbalas.

Attablé à la vie et sans troubles remords

qui ? sauf
Dieu ? m'aurait dit l'envers de mes décors ?

En me donnant la
Foi, il m'a donné la crainte.

Enfer !
Enfer ! je puis sortir de ton étreinte.

J'allais tout doucement à la rouge fournaise

hélas ! je ne pensais la vie que pour mes aises.

Et maintenant je sais l'épouvante et les cris

qui sont pour le pécheur, en serais-je surpris ?

Enfer tu n'es pas loin, ni
Satan qui me guette

je ne redoute pas ta fosse et tes tempêtes.

Je suis gardé par
Dieu
Ieo
Haamiach,

par mon ange gardien, le délicieux cornac

j'ai les livres des
Saints, la
Bible, l'Evangile

les pardons de l'Église me sont un ferme asile.

 
Max Jacob


 

00:00 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

15/06/2017

Prière

priere.jpg


Mon Seigneur, je ne sais pas ce que je devrais Te demander. 
Toi, et Toi seul Tu sais ce dont j'ai besoin.
Tu m'aimes plus que je ne suis capable de T'aimer.
O Père accorde-moi, à moi Ton serviteur,
Tout ce que je ne peux pas demander.
Car je n'ose demander une Croix, ni la consolation,
Je n'ose pas me tenir en Ta présence.
Mon cœur T'est ouvert.
Tu vois mes besoins, ceux dont je ne suis pas conscient moi-même.
Vois et relève-moi!
 
Je me tiens en Ta présence,
Rempli de crainte et silencieux 
Devant Ta volonté et Tes jugements
Que mon esprit ne peut comprendre.
 
Je m'offre à Toi en sacrifice.
Je n'ai nul autre désir 
Si ce n'est d'accomplir Ta volonté.
 
Apprends-moi à prier.
Viens prier en moi!
Amen!
 
Saint Philarète de Moscou.

00:03 Publié dans Prières | Lien permanent | Commentaires (0)

07/06/2017

Temps ordinaire

to.gif

Quand reprend le temps ordinaire, aussitôt après la fête du Baptême du Christ  ou après la Pentecôte, on est en général saisi par une sorte de nostalgie : qui se sent attiré, en effet, par l'«ordinaire» ? On range la crèche et ses santons, et avec elle l'odeur chaude et dorée de Noël... La fin du temps pascal signifie aussi le retour du cierge pascal à la sacristie... Les signes s'estompent et l'on se sent poussé au désert de la banale répétition des jours... Vraiment ?

 

Non pas vraiment. Car ordinaire, cela veut d'abord dire «ordonné» ; dans l'ordre. Le Maître des cérémonies (Dieu !) a tout disposé dans l'ordre de façon à ce que nous puissions jouir de l'harmonie qu'il a voulue et prévue pour nous. Le temps ordinaire, c'est le temps où toutes les réalités trouvent leur juste place selon le cœur de Dieu. Il ne s'agit pas de quitter le temps de la fête pour retrouver la grisaille du quotidien mais de vivre pleinement d'un mystère de salut (incarnation et rédemption, Noël et Pâques) qui s'inscrit jusque dans l'ordinaire de nos vies.

 

On pourrait croire alors qu'il s'agit d'une sorte de pause : on ne peut pas vivre intensément tout le temps, il faut parfois s'arrêter pour goûter, pour méditer, pour reprendre et savourer, pour ne pas se laisser dépasser par la liturgie... Ça n'est pas faux, mais ça n'est pas suffisant ; car ordonné veut aussi dire «tourné vers», «orienté» : le temps ordinaire, c'est donc aussi le temps orienté. Orienté vers quoi ? Orienté vers le Christ, tout simplement, lui l'Orient des Orients, la lumière sans couchant, le vrai Soleil de Justice. Le temps ordinaire, c'est le temps du marcheur, le temps du disciple qui se sait appelé à mettre ses pas dans ceux du Christ pour «marcher à sa suite». C'est un temps qui a un début – le baptême – et une fin – la Pentecôte. Renés en Christ dans la grâce de Noël, nous cheminons avec lui pour nous ouvrir à la grâce la plus grande qui soit : le don de son Esprit.

 

Non, le temps ordinaire n'est pas le temps du «moins» ou du «moins bien» mais le temps de se mettre en route... et c'est maintenant !

SOURCE

 

03/06/2017

Hymne à l'Esprit Saint

esprit de pentecote.jpg

Esprit du Christ ressuscité, Saint-Esprit,
si nous savions ce que nous pouvons te demander pour prier comme il faut !
Mais voilà que les balbutiements de notre prière
passent par le creuset de notre pauvreté, de notre petite foi.
Alors toi, le Dieu vivant,
tu entres dans notre âme de pauvre,
tu entres dans notre faiblesse,
et tu lis dans nos cœurs,
nos intentions authentiques.
Et ton esprit vient au-dedans de nous.
Il veut exprimer l’inexprimable
à travers d’humbles paroles,
et des soupirs, et des silences.
Et tu nous dis :
« Ne te préoccupe de rien,

Ne t’inquiète pas
de ton peu de capacité à prier.

sache-le, dans une attente priante,
j’ai déjà ouvert le chemin ».
Frère Roger de Taizé

00:01 Publié dans Prières | Lien permanent | Commentaires (0)

02/06/2017

Hommage à Maurice Vallet

Chanson de Julien Clerc dont le texte est de Maurice Vallet décédé hier.

29/05/2017

Esprit de notre confirmation

esprit st.jpg

Esprit de notre confirmation,
toi qui as fait des apôtres, craintifs et timorés,
des témoins audacieux de la Résurrection,
viens féconder et ’’confirmer’’
les semences de la foi de chaque baptisé.
Que nous ayons, à temps et à contretemps,
le courage de sortir de nos cénacles fermés
de dépasser nos peurs et nos lâchetés,
pour crier au monde : Christ est vivant !

Esprit de notre confirmation,
toi, l’Eau vive qui jaillit en notre coeur,
abreuve et avive notre soif intérieure,
creuse notre désir à la mesure du désir de Dieu,
’’confirme’’ notre volonté et affermis nos pas
sur les traces du Christ Seigneur.

Esprit de notre confirmation,
toi qui as donné aux pêcheurs de Galilée,
encore tout bouleversés par le scandale de la Croix,
la force de témoigner de la victoire du Ressuscité,
’’confirme’’ notre coeur, notre intelligence et nos choix
afin que, malgré nos faiblesses, nous puissions poursuivre
leur mission.

Esprit de notre confirmation,
ouvre notre prière,
habite nos silences,
sois notre vigilance et notre assurance,
le souffle de nos combats,
le rempart de nos peurs
notre discernement,
le repos de nos labeurs.

Brûle notre coeur du feu de l’amour,
élargis notre horizon,
entraîne-nous chaque jour
un peu plus loin, vers la Terre des vivants !

 

21:00 Publié dans Prières | Lien permanent | Commentaires (0)